Sélectionner une page

La maladie de Lyme

Tout ce qu’il faut savoir à propos de la maladie de Lyme.

La maladie de Lyme
La maladie de Lyme est l’une des maladies les moins comprises ; c.a.d. que les scientifiques, médecins, etc … ont souvent des points de vue très opposé.Pourtant c’est une maladie qui touche de plus en plus de gens et ceci dans le monde entier. Notre objectif est de vous donner le plus d’informations au sujet de cette maladie. Pour prendre les bonnes décisions, il faut avoir un maximum d’informations.
Modes de transmission de la maladie de Lyme

La piqûre de tique, premier vecteur de la Borrelia.
La tique est le principal vecteur de la maladie de Lyme. Qu’elle soit au stade de larve, de nymphe ou d’adulte femelle, elle est capable de véhiculer la Borrelia et d’autres souches de ce spirochète et les co-infections via sa piqûre.
Une tique reste infectée toute son existence et est en mesure de transmettre la bactérie à toute sa descendance. A savoir qu’une ponte contient près de 20 000 œufs.

D’autres insectes vecteurs de la maladie de Lyme.
Officiellement, la tique est l’unique vecteur connu capable de transmettre la Borrelia et ces co-infections. Cependant, des recherches ont fourni des preuves affirmant le contraire.D’autres insectes tels que les mouches piqueuses, les puces, les moustiques, les taons, les araignées et d’autres … peuvent aussi la véhiculer. La seule différence est que la piqûre de ces derniers est particulièrement douloureuse et facile à détecter, contrairement à celle de la tique qui passe quasiment inaperçue.

Il existe d’autres modes de transmission des Borrélioses et co-infections.
Les programmes de recherches quant aux autres modes de contamination de la Borréliose souffrent de grandes lacunes pour obtenir des données pertinentes.
Des analyses ont montré, entre autre, que le spirochète de la Borréliose est présent dans le liquide vaginal ou dans le sperme d’une personne infectée. Il est ainsi possible d’envisager un mode de contamination par voie sexuelle lors d’un rapport sexuel non protégé.
Une femme enceinte contaminée peut également contaminer son fœtus par voie placentaire ou son bébé lors de l’allaitement.
Et puisque cette bactérie est présente dans le sang, qu’en est-il de la transfusion sanguine et le don d’organes ?
Puis, il y a également les produits alimentaires issus d’animaux contaminés, qu’en est-il lorsque nous les consumons ?

Déni des autorités publiques

Un déni qui cause des lacunes médicales.
Il y a un déni sur la forme chronique de la maladie de Lyme !
En plus, la maladie de Lyme est considérée comme une infection émergente et peux présent et la plupart des médecins ne disposent pas encore des connaissances nécessaires pour répondre efficacement aux besoins des patients.
En effet, la notion de cette maladie dans sa forme chronique n’est pas encore abordée dans les facultés de médecine.

Déni face à l’inefficacité des tests homologués.
Cela est constaté en premier avec un protocole de dépistage qui est complètement dépassé par les évènements. En effet, il a été démontré que le test sérologique ELISA est loin d’être fiable pour la simple raison qu’elle a été élaborée pour détecter les souches américaines, et non pas les souches européennes. Les résultats des tests sont ainsi souvent négatifs, malgré des symptômes cliniques réels. Et comme la suite des étapes de diagnostic de la maladie de Lyme y repose entièrement, les examens prennent fin s’il est déclaré négatif. Dans le cas contraire, dans certains cas le test Western Blot (plus fiable) est utilisé pour confirmer l’infection. Un test encore plus fiable est l’Elispot, mais ne se fait pas dans tous les pays.

Controverses autour de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est tellement unique et énigmatique qu’elle a réussi à diviser les experts médicaux du monde entier, en deux groupes distincts : l’IDSA et l’ILADS.
Les avis de ces deux parties divergent sur tout ce qui concerne cette affection, que ce soit à propos de ses modes de transmission, son diagnostic, ses différents stades d’évolution ou ses traitements.

La maladie de Lyme aux yeux de l’IDSA
L’IDSA soutient en premier lieu que la maladie de Lyme ne s’attrape pas aussi facilement et que seule la tique est capable de la transmettre à l’homme.
De plus, ses membres pensent qu’il est possible de traiter cette maladie avec une simple antibiothérapie de courte durée, puisqu’il s’agit en fait que d’une simple infection aigüe.
Quant au diagnostic, la médecine classique préconise uniquement des tests sérologiques, dont les constats ont permis d’établir une fiabilité réduite, surtout pour la phase secondaire et tertiaire de la maladie de Lyme.

La maladie de Lyme aux yeux de l’ILADS
Pour l’ILADS, le spirochète qui est responsable de la maladie de Lyme s’attrape facilement. Pour eux, son mode de transmission n’est pas uniquement la piqûre de tique, car d’autres insectes en sont aussi des vecteurs et il existe également d’autres modes de contamination constatées (transfusion sanguine, rapport sexuel non protégé, contamination placentaire, allaitement, alimentation d’origine animale, …).
Ce groupe affirme aussi que la maladie de Lyme est difficile à diagnostiquer et que le protocole de dépistage officiel est ainsi insuffisant.
Certains praticiens font ainsi appel à leurs connaissances des multiples symptômes de la maladie pour diagnostiquer correctement cette affection.
C’est le cas du docteur Richard Horowitz qui a mis au point un questionnaire qui permet d’y parvenir.
Les entités travaillant avec l’ILADS soutiennent également la présence de facteurs aggravants et de co-infections à l’origine de certaines manifestations cliniques persistantes.
Quant aux traitements, ils pensent que la combinaison d’antibiotiques sur une durée prolongée pourrait éradiquer cette maladie et que les co-infections doivent être traitées individuellement jusqu’à la disparition des symptômes.

Les recommandations Américaines sur la prise en charge de la maladie de Lyme évoluent dans le bon sens.
Les guidelines IDSA 2006 du NGC sont supprimées et figurent maintenant dans la catégorie des guidelines retirées (fevrier 2016).
La reconnaissance de la maladie de Lyme chronique, de la mauvaise qualité des tests diagnostiques et de la nécessité de soigner les malades en dehors des recommandations obsolètes de la Société américaine de maladies infectieuses (IDSA) marque des points tous les jours.
Les enquêtes du centre américain de surveillance des maladies (Centers for Diseases Control and Prevention, CDC) montrent qu’à l’heure actuelle les médecins américains, dans leur majorité, ne suivent plus les recommandations de l’IDSA, responsables de la souffrance et même du calvaire de millions de malades, mais suivent celles de l’ILADS.
L’ILADS était à l’origine un groupe de médecins de terrain révoltés contre les recommandations simplistes et non basées sur les preuves de l’IDSA.
Depuis peu, la reconnaissance officielle de la maladie de Lyme chronique a été marquée par un bond en avant extraordinaire grâce au vote d’une loi au Canada ainsi que dans trois états américains (Virginie, Vermont, New York).
Le National Guidelines Clearinghouse (NGC), base de données fédérale US, fournissant des informations sur la prise en charge des maladies pour les professionnels de santé et les compagnies d’assurance a déjà il y a quelques mois mis en ligne sur son site officiel les lignes directrices de l’ILADS pour la prise en charge de la maladie de Lyme et des maladies associées.
Aujourd’hui, fait majeur, le NGC a retiré les recommandations de l’IDSA qui essayaient, contre toute réalité scientifique, de faire force de loi depuis des années.
Cette fois c’est une immense victoire pour l’ILADS dont les recommandations deviennent les seules reconnues sur ce site officiel des USA. Quand en sera-t-il de même en Europe ?

Prévenir de la maladie de Lyme

La meilleure façon de se prémunir contre la maladie de Lyme, est de ne pas se faire piqué par les tiques.

Les vêtements.
Lors des promenades en zone à risque porter des vêtements qui vous protègent un maximum, pantalon et chemise, etc …à manches longues.
Il faudra aussi penser à enfiler une paire de chaussures fermées et montante.
Pour être plus prudent, il vaut mieux enfiler les chaussettes par-dessus les bas du pantalon.
Étant affamée, la tique est petite et est presque invisible.
Pour la détecter plus facilement, le port de vêtements de couleurs claires est ainsi d’une grande utilité.
Il ne faudrait pas non plus oublier de vérifier minutieusement tous les parties du corps, y compris le cuir chevelu pour s’assurer qu’aucune ne s’y est accrochée.
Procéder de la même façon pour les enfants, ainsi que pour les animaux de compagnie.

Retrait de la tique.
Dans le cas où une tique s’est incrustée dans la peau, il est impératif de la retirer avant un délai maximal de 8 heures, pour éviter un maximum la contamination.
Pour plus de sécurité, le plus sage serait d’utiliser une pince ou carte à tique pour la dégager.
En l’absence de cet outil, utilisez une pince à épiler.
Quoi qu’il en soit on doit s’y prendre avec tact et finesse, en saisissant la tête de la tique le plus près possible de la peau.
Ensuite, tirez lentement vers le haut en faisant attention à ce que le rostre ne se sépare pas du corps.
Une désinfection soignée est nécessaire après cette étape.

Répulsifs et autres précautions.
L’utilisation de répulsifs aide à prévenir les contacts avec les tiques.
Il faut tenir compte de leur durée d’efficacité, donc à répéter plusieurs fois.
Ces produits n’éloignent pas seulement les tiques, mais aussi les insectes tels que les moustiques, les mouches, les araignées et les taons qui peuvent aussi transmettre la Borrelia.
Les tiques se plaisent bien dans une pelouse ou sous les feuilles mortes.
C’est pour cela qu’il faut procéder régulièrement à un débroussaillage pour éviter sa prolifération.
Les réserves de bois, ainsi que les mangeoires à oiseaux sont aussi des refuges pour les tiques, et doivent ainsi être éloignés de l’habitat.

Les symptômes de la Borréliose de Lyme : nombreux et divers

La maladie de Lyme est une maladie multi systémique qui s’attaque à tous les systèmes de l’organisme.
Dans certains cas, elle ne présente aucune manifestation clinique chez une personne porteuse de la Borrelia.
Il y a trois phases d’évolution en générale pour une maladie de Lyme.

Symptômes de la phase primaire de la maladie de Lyme.
La phase primaire est celle qui survient entre 3 à 30 jours après la morsure de tique.
Elle se caractérise par l’apparition de lésions cutanées sous forme d’un érythème migrant, mais pas toujours !
Il s’agit d’une tache ovale de couleur rouge entourant le point de piqûre.
Sa dimension peut atteindre 50 cm. A ce stade, vous pouvez ressentir une certaine fatigue, de la fièvre, des maux de tête, une raideur de la nuque, une hypertrophie ganglionnaire, un mal de dos et des douleurs articulaires qui font penser à un état grippal.
Sans une antibiothérapie adaptée, l’érythème migrant évolue d’abord, puis disparaît au bout de quelques jours, voire quelques semaines.

Les symptômes de la phase secondaire de la maladie de Lyme. Cette seconde phase de la maladie de Lyme commence quelques semaines ou mois après le premier stade.
C’est à ce moment qu’apparaisse des inflammations articulaires fréquentes ou arthrites.
Des atteintes cardio-vasculaires, comme les insuffisances cardiaques, les pertes de connaissance, les palpitations, les tachycardies, les myocardies, …
Dans d’autres cas, on peut discerner des troubles neurologiques se traduisant par une méningite, des tremblements inexpliqués, de la fatigue chronique, de la paralysie partielle, des troubles sensitives, des atteintes oculaires, … Si le patient ne reçoit toujours pas les soins adéquats durant cette période, son cas pourrait s’aggraver encore plus et évoluer vers la phase tertiaire.

Les symptômes aigus de la phase tertiaire de la maladie de Lyme. Cette dernière phase de la maladie de Lyme se manifeste le plus souvent par des sévères atteintes cardiaques, neurologiques, musculaires, circulatoires, respiratoires, digestives, etc … en handicapent fortement le patient.
Les troubles neurologiques touchent le cerveau et la moelle épinière, entrainant divers signes neuropsychiatriques et cognitifs, telles que la perte de mémoire, le bégaiement, la narcolepsie, l’apnée du sommeil, l’humeur changeante…
Cette phase engendre des effets signifiants sur le bien-être général du patient, sur sa sexualité, ses aptitudes mentales et physiques…

La Borréliose et ces co-infections

Les tiques vectrices de nombreuses maladies.
La Borrelia responsable de la maladie de Lyme est principalement transmise par les tiques via leurs morsures.
Malheureusement, ces tiques peuvent également transmettre plusieurs autres variétés d’agents pathogènes (bactéries, virus, champignons, parasites).
En une seule piqûre, une tique infectée peut ainsi transmettre la maladie de Lyme et d’autres co-infections.
Il s’agit donc d’une infection simultanée par deux ou plusieurs types d’agents pathogènes qui compliquent la guérison de la personne contaminée.

Des maladies opportunistes.
Il est à préciser que les co-infections qui accompagnent la maladie de Lyme ne sont pas non plus toutes transportées par les tiques.
Elles peuvent être engendrées par l’affaiblissement du système de défense naturelle de l’organisme.

Les co-infections récurrentes.
Une grande partie de ces co-infections se fait plus fréquemment observée chez un malade atteint de la maladie de Lyme. Tel est le cas de l’anaplasma, de la babésiose, de la tuléramie, des bartonelloses, des rickettsioses, des erhlichioses, la pneumonia chlamydia, etc …
De plus, les signes cliniques de la plupart de ces affections s’apparentent à ceux de la maladie de Lyme et rendent également difficile leurs dépistages.
Elles se manifestent généralement par des maux de tête, des douleurs articulaires et musculaires, des diarrhées, de la fatigue persistante, de l’hypertrophie ganglionnaire, de la fièvre, des troubles de la vue, des troubles de la mémoire…
Tout cela pour dire qu’il est difficile de les différencier sans l’aide d’une analyse de sang effectuée en laboratoire.
Selon le docteur Richard Horowitz, ces co-infections favorisent aussi l’évolution de la maladie de Lyme vers sa forme chronique, en plus du mode de vie du sujet et d’autres facteurs aggravants.
Un protocole de traitement individualisé à long terme est ainsi préconisé, afin d’éliminer chaque type d’agents pathogènes.

Les maladies à tiques.
En dehors des co-infections fréquemment associées à la Borréliose, les maladies pouvant être transmises par les tiques sont nombreuses, à ne citer que les mycoplasmes, la fièvre à tique du Colorado et des montagnes Rocheuses, la fièvre récurrente à tique, le virus de Powasan, la paralysie à tique. Associées à la maladie de Lyme, il n’est pas aisé de les diagnostiquer uniquement d’après leurs symptômes.

Souvent nous avons un mauvais diagnostique
Le diagnostic de la maladie de Lyme est loin d’être facile malgré les efforts parfois mis en œuvre pour y parvenir.
Un médecin doit effectuer une évaluation minutieuse des signes cliniques, ceux-ci complèterons les analyses de sang fait dans un laboratoire spécialisé.
Des symptômes tardifs voire inexistants.
La première cause des mauvais diagnostics est dû au fait que la plupart des patients ne se souviennent pas d’avoir été piqué par une tique.
En effet, la morsure de cet acarien est indolore, puisque sa salive contient un puissant anesthésiant.
Dans ce cas précis, le médecin doit explorer d’autres pistes basées sur l’observation des symptômes.
Là encore, il fait face à quelques obstacles.
En l’absence d’érythème migrant, il va généralement s’orienter vers les maladies similaires à la maladie de Lyme.
La raison en est simple, cette pathologie est multi systémique et peut atteindre tous les organes.
Elle peut ainsi se déclarer, comme une arthrite, une maladie d’Alzheimer, une sclérose en plaque, une fibromyalgie, une prostatite, une colite ou autres…
Face à cette multitude de symptômes, le thérapeute serait chanceux s’il arrive à dépister la maladie de Lyme.
Des tests peu fiables.
Certes, les analyses de sang peuvent démasquer la maladie, mais les tests pratiqués dans la plupart des labos sont loin d’être fiables.
Le fait est que le Test Elisa repose par exemple sur la détection des anticorps liés à la Borrelia.
Dans cette optique, il serait impossible que le résultat puisse être positif puisqu’en stade primaire de la maladie de Lyme, le système immunitaire ne produit pas encore d’antigène.
C’est aussi le cas pour le test Western Blot qui ne détecte la maladie qu’après quelques semaines de son évolution.
Pour couronner le tout, ces deux types d’examens peuvent avancer des faux négatifs et des faux positifs.
Traitement officiel de la Borréliose enregistrant des résultats mitigés

Cure précoce à l’antibiotique.
Le protocole de soin officiel pour soigner la maladie de Lyme est basé sur une antibiothérapie à courte durée qui peut être prolongée en cas de persistance des symptômes.
Malheureusement, cette procédure laisse à désirer puisque les résultats ne permettent de guérir les patients que durant la phase primaire de l’affection.
Une administration précoce est néanmoins nécessaire durant cette période pour éradiquer la Borrelia.
Mais malgré cela, les risques de rechutes et les échecs de traitements sont fréquemment déclarés.

Actions restreintes du traitement conventionnel.
La plus grande faille du traitement conventionnel de la maladie de Lyme est dû au fait que les antibiotiques utilisées ne sont pas adaptées à toutes les souches qui peuvent en être les causes.
De plus, certaines formes de la Borrelia et sa faculté à se cacher dans les cellules mêmes de l’organisme rendent une cure d’antibiotiques inopérante.
Ces facteurs compliquent la guérison de la forme chronique de la maladie de Lyme, dont même l’existence est niée par beaucoup d’experts.
Se rajoutant à cela, les effets secondaires de ces antibiothérapies, qui ne sont pas les moindres.
En effet, les antibiotiques peuvent détruire la flore intestinale qui est essentielle pour prévenir d’autres infections.
Les antibiotiques ont aussi des effets néfastes sur le cœur, les reins, le foie et la rate, puisque leurs utilisations massives est hautement toxique pour l’organisme.
De plus, le traitement officiel se focalise uniquement sur la maladie de Lyme, oubliant ainsi l’existence des facteurs aggravants, tels que les co-infections.

Les limites du traitement officiel.
Une chose importante à savoir est que la Borrelia est parfaitement capable de développer une résistance aux antibiotiques.
Quand elle y parvient, le protocole de soins conventionnels n’a plus d’effets sur elle.
Elle peut également prendre une forme kystique ou s’envelopper d’un biofilm pour échapper au système immunitaire et aux antibiotiques.
De plus, ces bactéries peuvent s‘infiltrer à l’intérieur des cellules, inaccessibles aux antibiotiques. Dans le cas où les Borrelia périssent sous l’attaque des antibiotiques, ils peuvent nuire à l’organisme en libérant une quantité considérable de toxine.
L’endotoxine qu’ils déchargent lors de leur destruction peut engendrer des troubles cérébraux, ainsi que des douleurs musculaires, articulaires et neurologiques chez le patient.
Cette réaction surgit généralement au bout de quelques jours de traitement et est qualifiée de phénomène Jarisch-Herxheimer.

Nous sommes là pour vous aider.

12 + 8 =